L’importance de l’éducation dans la toux chronique

Dans les écoles de médecine, la toux chronique ne reçoit pas autant d’attention que les autres maladies respiratoires chroniques. Voici quelques exemples d’autres maladies respiratoires chroniques qui sont enseignées de manière beaucoup plus approfondie que la toux chronique :

  • L’asthme
  • La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), et 
  • Les maladies pulmonaires interstitielles/fibrose pulmonaire

La toux chronique est souvent considérée comme un symptôme d’un autre processus pathologique et non comme une maladie distincte en soi. Ce qui, dans de nombreux cas, est le cas.

Dans ce blog, nous allons examiner l’importance de l’éducation en matière de toux chronique. L’éducation sur la toux chronique est importante pour les étudiants en médecine, les résidents et les médecins.

La toux chronique n’est pas au centre de l’enseignement des facultés de médecine

Les étudiants en médecine reçoivent un large aperçu des maladies chroniques. La physiologie pulmonaire est largement couverte, mais la toux chronique ne l’est pas actuellement. Pourtant, la toux est l’une des principales plaintes qui amènent les patients à consulter leur médecin de famille, une clinique sans rendez-vous ou un spécialiste des maladies respiratoires.
Alors pourquoi n’y accorde-t-on pas beaucoup d’attention ? Parce que la toux est encore largement considérée comme le symptôme d’un autre problème. La toux chronique peut être causée par :

  • Rhumes, grippes et allergies
  • Irritants environnementaux tels que la fumée et la pollution
  • Reflux gastro-œsophagien (RGO)
  • Conditions pulmonaires telles que l’asthme, la MPOC, la fibrose pulmonaire et la bronchectasie.
  • L’écoulement post-nasal et les polypes nasaux.

Avec un tel nombre de causes possibles à écarter, la toux chronique est à peine abordée comme une maladie distincte dans les écoles de médecine, même si elle peut avoir un impact sur un grand nombre de patients potentiels.

La toux chronique dans la formation des spécialistes 

Lorsque l’on examine les directives et les objectifs de formation les plus récents du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada (CRMCC) pour une spécialité médicale spécifique (par exemple, la pneumologie), seule une petite partie d’entre eux mentionne la toux chronique comme un objectif de formation spécifique. Les spécialistes et les généralistes, dans leur pratique quotidienne, vont voir une bonne proportion de toux chroniques et pourtant la formation est insuffisante.

Le degré d’exposition à la toux chronique pendant la formation dans une spécialité peut dépendre des facteurs suivants :

  • L’expérience clinique individuelle en rotation dans différentes cliniques
  • Le niveau d’intérêt du médecin traitant (médecin qui supervise les étudiants en médecine et les résidents) pour la toux chronique et de son approche personnelle du diagnostic et du traitement

Le degré d’exposition à la toux chronique pendant la formation peut varier considérablement d’un centre à l’autre, d’une clinique à l’autre et même d’un titulaire à l’autre.

Qu’en est-il des lignes directrices canadiennes actuelles ?

Au Canada, il n’existe actuellement aucune directive concernant la toux chronique. L’American College of Chest Physicians (ACCP) a établi des lignes directrices qui tiennent compte des données probantes limitées disponibles sur le traitement et la gestion de la toux chronique. 

En l’absence de lignes directrices, une grande partie de ce que l’on apprend sur la toux chronique proviendra de l’expérience clinique réelle de la prise en charge de ces patients, de la formation médicale continue et des présentations.

Comment intégrer l'enseignement de la toux chronique dans les facultés de médecine et pour les spécialistes en formation

Aujourd’hui, dans les écoles de médecine canadiennes, l’accent est mis de plus en plus sur l’apprentissage basé sur des cas. Ainsi, l’intégration de cas de patients présentant une toux chronique permettra aux étudiants en médecine de constater que, oui, la toux chronique peut être un symptôme de maladie qu’il est important de diagnostiquer et de traiter. Mais aussi qu’il existe des patients qui ne répondent pas au traitement et que la toux chronique doit être considérée comme une maladie à part entière. Des études de cas peuvent également aider à démontrer comment la toux chronique peut avoir un impact significatif sur la qualité de vie d’un patient.

Les médecins de famille et différents spécialistes verront la toux chronique dans leur pratique, et pas seulement les spécialistes de la respiration. Les gastroentérologues, les allergologues et les ORL voient tous ce type de patients dans leur pratique. L’apprentissage basé sur des cas concrets aidera tous les spécialistes et leur fera prendre conscience de l’existence de la toux chronique. La toux chronique devrait être intégrée au programme des écoles de médecine, tout comme l’asthme, la MPOC, le cancer du poumon et la sarcoïdose.

L’enseignement formel par le biais de conférences et de rotations dans des cliniques spécialisées dans la toux chronique serait un autre moyen de sensibiliser les spécialistes à la toux chronique, étant donné qu’ils reçoivent des patients référés par des praticiens de soins primaires qui ont besoin d’une aide supplémentaire pour traiter cette maladie.

Formation continue

Il est important de faire savoir que les patients atteints de toux chronique existent, qu’ils souffrent et que leur vie quotidienne est clairement affectée. La formation continue des professionnels de la santé aidera les patients à accéder à des éléments tels que des tests appropriés pour le diagnostic et le traitement. Les organisations de médecins de famille et de spécialistes ont réussi à faire connaître la toux chronique à leurs membres par le moyen de capsules de formation continue. Les sociétés médicales nationales ont été approchées pour essayer de former un comité autonome sur la toux chronique, de la même manière que ces comités existent déjà pour l’asthme, les maladies pulmonaires interstitielles ou la MPOC.

Les professionnels de la santé sur le terrain, tels que les infirmières, les pharmaciens, les médecins de famille et les inhalothérapeutes, qui sont souvent les premiers à voir les patients souffrant de toux chronique, pourraient être formés à reconnaître que, bien que la toux soit souvent le symptôme d’une condition sous-jacente, il existe une proportion de patients qui souffrent d’une toux tenace sans source claire; la toux chronique inexpliquée, qui doit être considérée comme une maladie en soi.

Impact de COVID-19 sur la toux chronique

La COVID-19 a rendu encore plus pénible la vie quotidienne des personnes souffrant de toux chronique. De nombreux patients ont peur d’aller en public par crainte d’être discriminés parce qu’ils toussent et que les gens autour d’eux pensent qu’ils sont contagieux et ont la COVID-19. La toux chronique peut également se développer comme une conséquence du COVID-19.

C’est pourquoi, aujourd’hui plus que jamais, nous devons mettre la toux chronique sous les projecteurs, reconnaître son existence et disposer des bons outils pour diagnostiquer et traiter ces patients.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la toux chronique, nous vous invitons à lire notre dernier rapport https://chroniclungdiseases.com/fr/ressources/toux-chronique/.

katrina-metz

À propos de l'auteur

Katrina Metz travaille actuellement comme consultante pour RESPIPLUS, pour améliorer l’éducation dans le domaine respiratoire pour les professionnels de la santé et les patients. Elle a plus de 16 ans d’expérience en tant qu’inhalothérapeute et coordonnatrice de la recherche clinique pour l’institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Katrina Metz

RRT

Laisser un commentaire