Utilisation des corticostéroïdes pendant la COVID-19: Oui ou Non?

Que sont les corticostéroïdes et comment sont-ils utilisés avec les maladies pulmonaires?

Les corticostéroïdes, parfois simplement appelés «stéroïdes», sont un type de médicament important dans le traitement de nombreuses maladies pulmonaires chroniques. En fait, ils jouent un rôle important à la fois dans le traitement chronique « médicaments de maintien » et dans le traitement aigu « médicaments de secours » lors de crises ou de poussées soudaines appelées exacerbations. Ces médicaments peuvent être utilisés localement, comme c’est le cas lorsque des inhalateurs sont utilisés pour les poumons (corticostéroïde inhalé, CSI). Ils peuvent également être utilisés de manière systémique pour agir sur l’ensemble du corps, ce qui est le cas lorsqu’ils sont administrés soit par voie orale (corticostéroïde oral, CSO), soit par voie intraveineuse.

Utilisation des corticostéroïdes pendant la COVID-19

La principale efficacité des corticostéroïdes vient du fait que ces médicaments sont très efficaces pour réduire l’inflammation, qui peut être nuisible à l’organisme. Cependant, l’un des effets secondaires des corticostéroïdes est que le système immunitaire de l’organisme est un spectateur innocent et devient alors moins apte à combattre certaines infections.

Ce délicat équilibre entre les effets nocifs et les effets bénéfiques est activement pris en compte chaque fois que votre professionnel de la santé vous prescrit ce type de traitement (et d’ailleurs n’importe quel type). Il y a eu des situations où l’on a pensé que les effets nocifs potentiels des stéroïdes l’emportaient sur les effets de leur traitement pendant la pandémie actuelle de COVID-19. Dans ces cas de risque / bénéfice, le bénéfice peut ne pas encore être prouvé, ou il peut n’y avoir aucun bénéfice, auquel cas les effets secondaires du médicament ne feraient que nuire sans bénéfice.

Un exemple important est la décision de traiter toutes les personnes de la population générale touchées par la COVID-19 (même celles qui ne souffrent pas d’une maladie pulmonaire chronique sous-jacente). L’utilisation de corticostéroïdes de façon non-spécifique dans ce cas, pour cibler les lésions pulmonaires causées par le virus SARS-CoV-2, ne semble pas être bénéfique1 et n’est pas recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lorsque que c’est seulement pour traiter la pneumonie due au virus du SARS-CoV-2.2

Compte tenu de ces informations, dans le monde affecté par la COVID-19 que nous connaissons aujourd’hui, cela peut soulever un certain nombre de questions très rationnelles et raisonnables de la part de nos lecteurs vivant avec des maladies pulmonaires chroniques :

Les experts de la Société canadienne de thoracologie (SCT) ont passé en revue les études pertinentes réalisées à ce jour sur les différents rôles des stéroïdes dans la MPOC et l’asthme pendant la pandémie de COVID-19. Les résultats sont présentés ci-dessous.

Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)

Dépendant de chaque patient, en plus des bronchodilatateurs qui dilatent les voies respiratoires rétrécies, les soins chroniques de la MPOC peuvent inclure un traitement quotidien avec des inhalateurs contenants des CSI. Le CSI est généralement ajouté aux bronchodilatateurs à action prolongée chez les patients qui connaissent des exacerbations fréquentes. Les biomarqueurs sanguins tels que le niveau d’éosinophiles dans le sang peuvent également aider à guider cette décision3,4,6 .Pendant la pandémie de COVID-19, les experts de la SCT recommandent aux patients atteints de MPOC qui suivent un traitement chronique par un CSI de maintien de poursuivre leur traitement.7 Le raisonnement est le suivant : en l’absence d’études montrant clairement les avantages ou les inconvénients de l’utilisation des CSI chez les patients atteints de la COVID-19, et avec de nombreuses preuves de ses avantages chez des patients atteints de MPOC soigneusement sélectionnés, la meilleure façon de gérer les patients atteints de MPOC est de contrôler leur état aussi bien que possible. Comme l’utilisation du CSI chez certains patients atteints de MPOC peut réduire les exacerbations, le maintien du traitement par CSI peut contribuer à éviter les visites à l’urgence et/ou les hospitalisations.

Un plan d’action est un guide écrit efficace qui est fourni en même temps qu’une éducation aux patients atteints de MPOC afin de reconnaître les symptômes d’exacerbation précoce et d’agir en commençant rapidement un traitement pour l’exacerbation.8 Le CSO est généralement un élément central d’un plan d’action; il est également utilisé pour traiter les exacerbations nécessitant une hospitalisation. Les experts de la SCT recommandent que, si nécessaire, le CSO soit utilisé pendant une exacerbation – qu’elle ait été déclenchée ou non par le virus SARS-CoV-2.

Asthme

L’asthme est généralement caractérisé par une inflammation chronique des voies respiratoires, et c’est pour cette raison que les CSI sont la pierre angulaire d’un contrôle efficace de l’asthme.9,10 En effet, le rôle des CSI est si important dans l’asthme que nous commençons à constater une tendance croissante à ne plus traiter avec des inhalateurs bronchodilatateurs à courte durée d’action (même dans les situations de « secours »), mais à utiliser des inhalateurs contenant des CSI à la fois pour le « contrôle/maintien » et le « secours »9,11. Après avoir examiné les études pertinentes réalisées jusqu’à présent, les experts de la SCT ont conclu qu’il ne semble pas que les patients asthmatiques aient un risque accru d’attraper le virus SARS-CoV-27. Ils recommandent que, comme pour les patients atteints de MPOC, les patients asthmatiques poursuivent leur traitement habituel contenant un CSI tel qu’il a été prescrit. S’ils en ont besoin, le CSO devrait être utilisé pour une exacerbation grave de l’asthme, qu’elle ait été déclenchée ou non par le virus du SARS-CoV-2.

En résumé

Ce que nous pouvons conclure (au moment où nous écrivons ce texte) pour nos lecteurs souffrant d’asthme et/ou de MPOC : si vous prenez habituellement un CSI de maintien – continuez-le sous la surveillance constante de votre médecin; si vous êtes suffisamment malade pour avoir besoin d’un CSO – prenez-le si votre médecin vous l’a prescrit et vous a conseillé de le faire. Si vous avez des inquiétudes concernant les risques et les avantages des traitements contenant des stéroïdes, demandez conseil à votre prestataire de soins.

Profil picture of Dr. Bryan Ross

À propos de l'auteur

Bryan Ross a fait ses études de médecine et sa résidence en médecine interne à l’université de Toronto, et a obtenu une bourse de recherche en pneumologie à l’université d’Alberta. Auparavant, il avait obtenu son diplôme de premier cycle à l’université Queen’s et sa maîtrise en physiologie à l’université McGill. Il s’intéresse depuis longtemps à la physiologie respiratoire et cardiaque et à la science appliquée de l’exercice physique, à la réadaptation pulmonaire et à la gestion des maladies respiratoires chroniques, tant sur le plan clinique que sur celui de la recherche. Il termine actuellement un fellowship en réadaptation pulmonaire et en gestion des maladies chroniques à l’Institut thoracique de Montréal (Centre universitaire de santé McGill).

Dr. Bryan Ross

Pneumologue, MD, M.Sc., B.Sc.H., FRCPC

Réferences: